Tous les articles par Macha

Créer et gérer une prévente Ulule, comment ça marche ? LES CHIFFRES !

Vous les aimez, vous les vouliez, les voici !
J’espère que ces chiffres vous aideront à planifier vos propres projets ( c’est PRIMORDIAL, je planification, je ne le dirai jamais assez ! ), et qu’ils vous permettront également d’avoir une meilleure idée de l’investissement que peut représenter la publication d’un livre

Mes chiffres de publication et du Ulule des Trahisons de Ca’hern

*Tous les montants sont en dollars canadiens, et ma campagne de prévente s’est déroulée en février/mars 2024

Mon projet et ma communauté

  • Les Trahisons de Ca’hern est un roman fantasy pour les 15-16 ans et plus, alors que mes autres séries sont une trilogie fantasy pour les 12 ans et plus et une série de deux tomes qui mettent en scène les jeux de rôle Grandeur Nature. J’avais donc un total de cinq livres publiés à mon actif avant la campagne des Trahisons, mais aucun ayant le même public et le même genre exacts que ceux visés par les Trahisons elles-mêmes.
  • Taille de ma communauté sur les réseaux sociaux au moment du Ulule : environ 200 personnes, tous réseaux confondus
  • Nombre d’abonnés à mon infolettre : 25

Production des Trahisons

Les Trahisons en chiffres

  • 217 000 mots (arrondi)
  • 698 pages à reliure allemande ( souple/brochée)
  • Laminage glacée sur la couverture
  • 8 pages illustrées en couleurs
  • 5 pages illustrées en noir et blanc

Coûts de production des Trahisons (arrondis)

**Tout a été fait par des professionnels et sans IA, d’où les coûts.

  • Coût de la couverture (illustration + police) : 600$
  • Coût des révisions : 7 000$ (gros livre + 2 révisions, c’est ce que ça donne !)
  • Coût de la correction d’épreuves : 1 800$
  • Coût des illustrations (carte, illustrations intérieures) : 1 050$
  • Coût du tirage de 204 exemplaires imprimés au Québec, sans Amazon
    (4 exemplaires sont envoyés aux Archives, donc un total de 200 exemplaires à vendre) : 4000$

Total des frais de production du livre :
14 450$

Le Ulule

  • Objectif initial : 1 000$ CAD
  • Montant amassé : 4 395 $ CAD
  • Montant retenu par Ulule / frais de gestion : 293.14$
  • Montant restant : 4 101.86$

Contributeurs et packs

  • Nombre de contributeurs uniques : 62
  • Nombre d’abonnés à la page à la conclusion du Ulule : 82 ( une vingtaine de personnes qui suivaient la campagne n’ont donc pas contribué )
  • Nombre de livres ePub solo vendus : 11
  • Nombre de livres papier solo vendus : 36
  • Nombre de livres papier et ePub vendus en combo ( incluant les packs de collection ) : 17
  • Total de livres vendus, tous packs et formats confondus : 64

Gestion du Ulule

Coûts du Ulule (arrondis)

  • Frais de production des petits cadeaux du Ulule : 905$
  • Frais de livraison des packs Ulule (pour 28 colis, dont 2 outre-mer) : 550$

Montant TOTAL dépensé pour les Trahisons de Ca’hern
(Production + Frais Ulule) :

15 905$

Ce qu’il me reste à payer post-Ulule (prévisions)

  • Montant amassé via Ulule : 4 101.86$
  • Montant potentiel une fois le premier tirage entièrement écoulé (45$ /livre, 148 livres à écouler post-Ulule) : 6 660$

Montant qui reste à rembourser pour couvrir la production du roman :
5 143.14$
+
le coût d’un nouveau tirage (mouais…)

**Facteurs impossibles à prévoir :
– ventes des livres numériques (pur profit qui permet d’éponger un peu les coûts)
– livres invendables (défauts d’impression, abîmés lors des événements, etc.)

Comme vous pouvez le constater, produire un livre de la taille des Trahisons, surtout de la manière que je le fais, avec des professionnels, sans Intelligence Artificelle / IA / AI et sans Amazon, ça coûte cher ( pour les détails sur mon processus, je vous invite à explorer cette série de diaporamas. ) Bien sûr, je le savais en me lançant dans le projet et j’avais prévu mon budget en conséquence (une chance que je ne produis qu’un livre par 2 ou 3 ans maintenant !)

J’espère donc que ces chiffres vous auront été utiles ! Même si ma campagne Ulule n’était, au final, qu’une expérience de prévente qui n’avait aucun risque d’empêcher la publication de mon livre, il n’en demeure pas moins qu’elle a été un succès, plus encore que je le rêvais, alors pour connaître mes conseils concernant ce type de sociofinancement, consultez le reste de ma série d’articles !

Et surtout, bonne chance pour vos projets !

Créer et gérer une prévente Ulule, comment ça marche ? 3/3

Partie 3 : Mes recommandations si vous voulez lancer dans un projet de sociofinancement

Conseil #1 : Pensez à pourquoi vous voulez organiser du sociofinancement sur plateforme, et choisissez votre plateforme en conséquence.

  • Vous voulez faire une campagne de sociofinancement pour ne pas avoir à gérer de paiements de prévente vous-même ?

Vous aurez tout de même des gens et des envois à gérer ! Pour ne rien avoir à gérer niveau paiement et envois, passez par une plateforme comme Amazon, ou par une maison d’édition à compte d’auteur. ( Dans tous les cas, vous devrez quand même gérer vos impôts, ça, aucune manière d’y échapper ! )

  • Vous voulez faire une campagne de sociofinancement pour vous faire connaître d’un nouveau public ?

Choississez la plateforme qui convient le mieux à votre projet, et étudiez-la ! Un nouveau public, c’est bien, mais pour qu’une campagne fonctionne, idéalement, il vous faut déjà un public intéressé et prêt à vous supporter pour qu’ensuite, un public inconnu s’intéresse à ce que vous faites ( c’est le principe des trois cercles du sociofinancement : les proches, les amis des amis, puis les inconnus ! )

  • Vous voulez faire une campagne de sociofinancement pour améliorer votre produit grâce à des paliers à débloquer ?

Pour qu’on veuille améliorer un produit, il faut que le produit soit déjà intéressant à la base. Ayez également conscience des modes qui vont et qui viennent. En ce moment, pour les livres, ce qui est populaire, ce sont les reliés de collection, avec dorures, illustrations et jaspage, mais qui sait ce qui sera populaire au moment où vous lancerez votre projet ?

  • Vous voulez faire une campagne de sociofinancement pour financer entièrement votre projet ?

Je vais être directe : selon le projet et la taille de votre communauté, ça peut être difficile, voire impossible. De plus, même si Ulule a une mécanique de Tout ou rien*, les contributeurs peuvent être moins intéressés à contribuer à un projet qui leur semble incertain, non-financé à 100%, alors planifiez en conséquence afin d’atteindre le 100% rapidement et d’ensuite misez sur les paliers pour avancer !

*sur Ulule, les projets ont une logique de Tout ou rien ; si le projet n’atteint pas le 100%, aucun des contributeurs n’est facturé et vous ne recevez pas l’argent, même si vous étiez à 99,99999% de l’objectif. D’autres plateformes n’ont PAS cette contrainte, donc à vous de voir ce qui vous convient !

Conseil #2 : Soyez réaliste.

A) Il vaut mieux avoir un petit objectif et le dépasser qu’un objectif trop gros et voir le projet échouer à cause de ça.

**Il y a une mécanique de Prolongations, sur Ulule, qui permet de continuer à amasser des fonds pendant un temps défini même si la campagne est terminée. Par contre, cette mécanique n’est accessible QUE si l’objectif de 100% est atteint, alors ne comptez pas sur ce temps supplémentaire pour atteindre votre 100% !

B) Les sondages, c’est la VIE– sondez votre communauté directement, mais regardez aussi le nombre de réactions à vos messages sur vos différents réseaux afin d’anticiper qui sera intéressé et surtout, réactif au moment de la campagne.

Conseil #3 : C’est décidé, vous vous lancez ? PRÉPAREZ-VOUS !

Monter une campagne efficace et attrayante qui donnera envie à votre communauté, mais aussi à des étrangers, de vous donner leur argent, ça prend du temps.

  • Créez une campagne qui ressemble à votre projet, qui donne le ton avant même que le contributeur potentiel ait commencé à lire.
  • Assurez-vous que le texte soit lisible (police, taille et contraste des couleurs) – l’effet WOW ne doit pas nuire à ce que vous voulez présenter.
  • Des couleurs pastel et des arcs-en-ciel pour vendre un roman d’horreur glauque 18+, ce n’est peut-être pas le meilleur moyen de rejoindre votre public. Regardez ce qui se fait dans le milieu et créez quelque chose qui est à la fois à la mode et classique, pour une meilleure longévité !
  • BEAUCOUP d’images – une page qui ne donne pas l’impression de lire une dissertation, c’est vendeur !
  • Vérifiez l’aspect de la campagne sur différents écrans et différents formats. N’hésitez pas non plus à demander à des personnes de confiance ce qu’elles pensent de votre visuel, si elles voient des choses qui les dérangent ou qui semblent non-optimales et corrigez le tout en conséquence.
  • Regardez ce qui se fait dans les campagnes qui visent un public similaire au vôtre. Regardez celles qui fonctionnent, mais aussi celles qui échouent, et prenez des notes ( beaucoup de notes. )
  • Pensez au moment où vous voulez lancer votre campagne, mais aussi au moment auquel elle prendra fin ( et au moment auquel vous pensez livrer votre produit ) !
  • Pensez à combien de temps vous voulez que dure votre campagne – la durée recommandée est de 45 jours, mais généralement, un mois / 30 jours est ce qu’on voit le plus souvent passé. Ma durée de préférence, suite à mon premier Ulule, se situe entre 21 et 28 jours – pour une communauté petite et très active comme l’a été la mienne, c’est ce qui me semble idéal – tout dépend donc de votre communauuté ( je vous ai dit que les sondages, c’est la vie ? )

Faire connaître l’existence d’une campagne, ça prend du temps.

    a) Assurez-vous d’avoir le temps d’annoncer votre campagne à venir. Votre campagne devrait se consacrer principalement à vendre votre projet, pas à faire savoir à votre communauté que vous avez un projet.

    b) Variez ( et espacez ) la publication de contenu ! Si réutiliser la même esthétique permet d’établir votre marque, réutiliser le même contenu ad nauseam peut fatiguer les gens et leur faire  perdre l’intérêt, alors que votre but devrait être au contraire de piquer leur curiosité. De la même manière, assurez-vous de ne pas noyer votre communauté dans votre campagne – donnez-lui, et donnez-vous, des jours de répit, et des jours où vous parlerez d’autres choses que JUSTE la campagne.

    Animer une campagne, ça prend du temps.

    a) Créez vos visuels à l’avance ( et faites-les réviser ! )

    b) Créez un calendrier de publications d’animation ( aussi applicable à la pré-campagne, et même à la post-campagne, pour quand vous devrez communiquer l’avancement du projet, l’expédition, etc. )

    c) Soyez prêts à vous adapter – vous n’aurez pas le choix de le faire.
    c.1 Si un réseau social est plus actif la semaine que la fin de semaine ou vice versa, ou à des heures différentes, il vous faudra peut-être repenser votre calendrier pour que vos publications les plus importantes soient vues par le plus de gens possibles.
    c.2 Si vous voyez qu’un type de publication ne fonctionne pas et que vous en avez prévu plusieurs dans le même genre, ayez des alternatives.

    Calculez TOUT, plusieurs fois.

    • Le nombre de ventes des différents packs pour atteindre votre 100% (faites une armée de scénarios !)
      • Les coûts de production de vos petits cadeaux / contreparties.
      • Le nombre de petits cadeaux à produire selon les différents scénarios de vente.
      • Les coûts de production de vos paliers à débloquer ( et du nombre de packs à vendre pour les atteindre ).
      • Les coûts de livraison (et si vous voulez ou non proposer l’envoi à l’international) et du matériel de livraison ( parce que non, les boîtes, le papier de soie et le papier kraft, ça n’apparaît pas magiquement chez vous parce que vous voulez faire des envois ! ).

      IMPORTANT : Demandez des devis et comparez ! Et, si vous le pouvez, pensez à si des rabais seront offerts à proximité de votre date de commande et prenez en avantage. Estimer également le temps de livraison de tout ce qu’il vous faut pour la campagne, depuis les boîtes / enveloppes d’expédition aux produits proposés pour la prévente lui-même. Vous voulez éviter de vous retrouver à retarder vos envois parce qu’il vous manque des morceaux du projet. Il est certain que des imprévus peuvent se produire, mais plus vous anticipez, moins il y a de risque !

          Soyez transparents autant sur le positif que sur le négatif !

          Vous recevez votre produit ou une contrepartie ? Partagez-le ( sans inonder à répétition, on se rappelle ). Il y a un retard ? Vous devez repousser la sortie, les envois ? PARTAGEZ-LE !

          Une campagne de sociofinancement, ça repose sur les liens qu’on crée avec les participants, d’abord avec le visuel, puis avec l’animation, et finalement avec la livraison du produit. Cette relation est précieuse, prenez-en soin !

          **

          Et je pense que ça fait le tour de mes conseils !

          Pour découvrir mes chiffres ( je sais que c’est ce que beaucoup d’entre vous attendez ! ), vous les trouverez dans le dernier article de cette série !

          Créer et gérer une prévente Ulule, comment ça marche ? 2/3

          Partie 2 : Comment me suis-je préparée à ma prévente Ulule ?

          Réflexions et sondages

          Tout d’abord, il faut savoir que l’idée d’une campagne de sociofinancement me trottait dans la tête depuis longtemps — depuis des années en fait. En effet, j’avais commencé à étudier des préventes de livres pendant la production du Secret d’Iauridhren, mais puisqu’il s’agissait du dernier tome d’une série, j’ai plutôt opté pour une prévente intime, uniquement sur mes réseaux. Cette prévente m’a d’ailleurs donné une idée de ce qui pouvait être des contreparties intéressantes et de comment je pouvais gérer une petite quantité d’envois. Je me suis aussi fiée à cette campagne, et à une analyse de mes réseaux sociaux et de ma communauté, pour prédire qui participeraient à une éventuelle prévente pour les Trahisons.

          Une fois plus avancée dans les Trahisons, j’ai renoué avec l’idée d’une prévente sur plateforme, et ma communauté m’a confirmé qu’elle me suivrait si je me lançais – si une majorité m’avait dit qu’elle n’était pas à l’aise avec le concept, je ne serais pas allée de l’avant. Forte de ce soutien, j’ai monté divers sondages qui m’ont permis de déterminer les meilleures contreparties à créer et quel objectif serait le mieux adapté à ma communauté. Entre-temps, j’ai étudié PLEIN de campagnes Ulule ayant des romans dans le même genre ou non que le mien, des campagnes financées avec succès, des campagnes qui ont été un échec. J’ai étudié les contreparties offertes, j’ai regardé l’évolution des participations sur la durée de toute la campagne, les contreparties favorisées par les participants, bref, BEAUCOUP de campagnes.

          Liens utiles

          En plus d’étudier et de sonder, j’ai trouvé quelques articles qui m’ont guidée dans cette grande aventure du Ulule.

          • Cette série de trois articles par Valéry K. Baran, qui m’a beaucoup aidé à appréhender tout ce qui entourait une campagne ( en gros, il faut faire des maths. Beaucoup de maths. Et de la divination, aussi, si possible. )

          https://www.baran-tiefenbrunner.com/2019/05/13/sortir-un-livre-avec-ulule-1-3-comment-preparer-sa-campagne

          • Cet article porte sur une campagne de manga, MAIS son auteur offre différents tableaux Excel qui peuvent s’avérer extrêmement pratiques pour votre planification de prévente / projet de sociofinancement. Personnellement, je me suis inspirée des tableaux pour créer les miens !

          https://www.mangakoaching.com/formation/faire-de-sa-campagne-ulule-un-succes/

          En résumé

          Quand est venu le moment de me lancer, j’avais donc :

            • une liste de contributeurs quasi-assurés et potentiels (grâce à mes sondages et analyses des réactions à mes réseaux sociaux),
            • des idées de visuels et de contreparties (grâce à l’étude d’autres campagnes),
            • des devis pour la création de mes différents petits cadeaux, des évaluations de mes frais de livraison nationaux et outremer (après avoir fait des recherches, beaucoup de recherches),
            • des tableaux excel avec une multitudes de scénarios pour la prévente (différents nombres de livres papier, epub, différents paliers atteints et ajustements au montant à débourser avec l’ajout de contreparties, etc.)
            • et un calendrier avec l’horaire des publications de ma campagne à venir, incluant la pré-campagne.

            Deux mois avant la date de début de campagne que j’avais choisie, j’ai contacté Ulule, puis j’ai commencé à monter ma campagne. En plus de celle-ci, j’ai préparé le visuel de mes publications d’animation de la prévente ( des dizaines, probablement même des centaines, d’images ).

            Quand je dis que j’étais prête le jour du lancement de la prévente, j’étais PRÊTE.

            Et honnêtement, je recommande à tous ceux et celles de faire de même – c’est moins angoissant que tout soit prêt et même plus, et de pouvoir s’adapter selon les besoins, que de se retrouver à devoir créer un visuel à la dernière minute ou à chercher une idée de publication en pleine campagne.

            Petit détail supplémentaire…

            Quand le moment du lancement de la prévente est arrivé, ça faisait 1 mois que je faisais de la promotion sur le projet. Tout ça aussi était préparé à l’avance, et je crois que c’est la combinaison de cette préparation et de l’engouement de ma communauté pour le projet qui m’a permis d’atteindre le 100% aussi rapidement.

            Vous voulez connaître mes conseils pour réussir votre propre campagne ? L’article suivant est pour vous !

            Créer et gérer une prévente Ulule, comment ça marche ? 1/3

            Notez que les propos rapportés ici découlent de mes expériences personnelles et n’engagent que moi.

            Il est tout à fait possible que d’autres aient des expériences différentes — il y a autant d’expériences que d’Ululeurs et de projets, et le but de cet exercice est seulement de montrer ma parcelle de réalité !

            Document créé en 2024

            Partie 1 : Qu’est-ce qu’un Ulule, déjà ?

            Ulule est une plateforme de sociofinancement européenne, un peu comme Kickstarter, Indiegogo, Kisskissbankbank, et, au Québec, La Ruche.

            Qu’est-ce que le sociofinancement ? Eh bien, c’est essentiellement du mécénat moderne ! C’est donc une manière d’amasser des fonds, le plus souvent en échange d’un produit ( il y a aussi moyen de faire une levée de fonds plus classique, mais ce n’est pas le sujet ici. ) Si on veut lancer un projet, on définit donc un objectif de campagne – un montant à atteindre ou un nombre de contreparties réservées –, on propose différentes des contreparties aux contributeurs potentiels et on espère remplir notre objectif, et peut-être même le dépasser !

            Dans mon cas, j’ai utilisé la plateforme Ulule pour mener à bien la prévente de mon sixième roman, les Trahisons de Ca’hern.

            Pourquoi est-ce que j’ai choisi Ulule plutôt qu’une autre plateforme ?

            Ma sélection de Ulule comme plateforme a découlé d’une analyse de mes options et de ce que je voulais présenter comme projet. Tout d’abord, comme je publiais un roman en français, je voulais que les contributeurs réguliers de la plateforme soient majoritairement francophones (adieu Kickstarter !). Ensuite, puisque je voulais tenter de faire connaître mes écrits au-delà de ma communauté, et même du Québec, il me semblait logique de choisir une plateforme européenne/française.

            Après quelques recherches, j’ai porté mon choix sur Ulule, qui me semblait la plus conviviale tant pour les contributeurs que pour moi en tant que porteuse de projet. J’aimais aussi le fait qu’il y ait deux sections distinctes pour les livres, soit Édition et médias ( dans laquelle mon projet a été placé ) et BDs. Cette distinction signifiait que les contributeurs potentiels qui allaient sur la section où était placé mon projet avaient plus de chance d’être en quête de livres comme celui que je comptais proposer.

            Est-ce que je recommande Ulule ?

            Je pense qu’il y a deux volets à ma réponse !

            1. Est-ce que je recommande Ulule en tant que plateforme de sociofinancement ?
            Oui ! J’ai adoré mon expérience, je me suis sentie soutenue malgré le décalage horaire, et tout était très facile à gérer – il y a même eu des ajustements généraux à la plateforme elle-même pendant ma campagne, signe que l’équipe est très attentive et toujours en train de travailler à l’amélioration de Ulule.
            À noter que c’est une plateforme européenne, et donc qu’une majorité de contributeurs réguliers sont européens, ce qui peut être génial pour se faire connaître d’un public autrement inaccessible, mais ce qui est également doux-amer à gérer au niveau de la livraison (nous n’avons pas de tarifs avantageux depuis le Canada vers l’Europe, ce qui peut priver de contributeurs autrement intéressés…)

            PETIT DÉTAIL IMPORTANT !
            Pour être porteur d’un projet Ulule au Canada, et donc être la personne qui reçoit les fonds amassés, il vous faut OBLIGATOIREMENT un permis de conduire valide OU un passeport canadien valide.
            AUCUNE AUTRE PREUVE D’IDENTITÉ n’est acceptée !

            2. Est-ce que je recommande de faire un Ulule si vous avez un projet qui pourrait bénéficier d’un sociofinancement ?
            Alors ! Si vous avez un objectif clair et réaliste, si votre public cible est francophone et si vous avez envie de vous lancer dans l’aventure qu’est une campagne de sociofinancement, alors oui ! Par contre, il faut être bien préparé (avant, pendant, et après) et il faut être réaliste ( je me répète, mais c’est PRIMORDIAL. )

            Est-ce que je referai un Ulule ?

            Oui ! Je suis quelqu’un qui aime gérer des projets ( je ne suis pas auteure indépendante pour rien ), alors préparer et gérer une campagne était quelque chose qui me correspondait beaucoup. J’ai déjà des idées pour des contreparties pour mon prochain projet ( celui qui n’est pas encore écrit, vous savez ? ), donc si je survis à la gestion des envois de ma première campagne, c’est assurément sur la table !

            *Moi du futur – j’ai survécu, c’est certain que si l’intérêt des lecteurs y est, je me relance !*

            Qu’est-ce que je ferais différemment / changerais lors d’un prochain Ulule ?

            Je dirais qu’il y a deux choses que je changerais/ferais différemment une prochaine fois.

            1. Tout d’abord, je réduirais la durée de ma campagne d’une ou deux semaines.
            La campagne des Trahisons a duré 35 jours, et je pense qu’une semaine de moins ( donc une campagne de 28 jours ) aurait été moins épuisante et plus efficace. En effet, à la taille de communauté que j’ai ( environ 200 personnes, tous réseaux confondus ), je crois que les 35 jours ont inutilement étiré la prévente.
            Les intéressés ont contribué extrêmement rapidement lors des premiers jours, puis, comme je n’avais pas énormément de personnes à convaincre de participer, le creux de la fameuse courbe en U (théorie qui veut que les moments les plus forts d’une campagne soient le début et la fin ) a été vraiment creux avant la remontée finale.
            De plus, 35 jours de campagne, c’est beaucoup de planification de contenu, et si j’avais bel et bien établi un calendrier et que je savais où je m’en allais, je pense que j’aurais pu faire la même chose de manière plus condensée et tout aussi efficace.

            2. Deuxième chose que je changerais ? Ma gestion de la livraison vers l’Europe.
            Le Canada n’offre pas de tarifs d’expédition avantageux, ni d’offre spéciale pour la culture ou les livres. Bref, la poste, ça coûte cher. Envoyer un livre vers l’Europe, vous vous en doutez donc, ça coûte extra-cher.
            Si je devais refaire une campagne, je tenterais donc de trouver une manière d’assurer une livraison européenne à un meilleur coût. Ai-je une idée de comment m’y prendre ? À part en faisant imprimer les livres commandés un à un en impression à la demande directement en Europe, ou en me trouvant un distributeur sur place, non, et puisque ces deux options ne me semblent pas optimales… je continue à cogiter !

            **

            Bon, maintenant que tout ça est dit, passons à comment je me suis préparée à ma campagne Ulule !